Résurrection aboiements (vinyl LP)

by Syndrome WPW

supported by
/
  • Achetez la version digitale et CD chez Midinette records

  • Limited edition vinyl LP - 250 ex.
    Record/Vinyl

    Sleeve cover printed in fluo colors.

    Includes unlimited streaming of Résurrection aboiements (vinyl LP) via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

    Sold Out

1.
03:03
2.
03:01
3.
03:14
4.
5.
6.
7.
8.
9.
04:07
10.
04:09
11.

about

Dans un univers parallèle, la terre n'est qu'un vaste désert où les hommes, frappés par une maladie inconnue et incurable, ne survivent plus que dans quelques villes souterraines où il ne fait pas bon vivre. Lovecraft y écrit des polars ruraux ultra-violents et le Comte de Lautréamont a connu son heure de gloire comme chanteur dans un groupe de heavy metal. Syndrome WPW y vit également, le fusil en bandoulière, terré dans une grotte humide où il attend la fin de l'humanité, en adaptant l'oeuvre d'Henry Purcell pour synthétiseurs analogiques et guitares saturées pour un public de fantômes.

L'espoir n'est plus de ce monde.

"Résurrection aboiements" est le deuxième album de Syndrome WPW, après "Marek Marek's murder", sorti en 2008 sur le label Midinette records. Avec ce disque, Syndrome WPW franchit une nouvelle étape dans son exploration d'un genre hybride qu'il est le seul à pratiquer. Entre influences ouvertement métal, punk et electro, la production impeccable et d'une redoutable précision renforce la violence de son propos. Les voix vocodées hurlent leur appel à la rébellion contre la culture et le rock'n'roll, les synthétiseurs remplacent efficacement les guitares électriques ("Breaking the law", reprise post-apocalyptique de Judas Priest, "CLT"), puis s'apaisent lorsque la rage fait place à la contemplation ("Futur de rêve", "Insurrection contemplative").

En live, Syndrome WPW ne fait pas plus de compromis et le public ascite à un show survolté qui enthousiasme autant qu'il met mal à l'aise.

credits

released March 18, 2013

Ecrit, composé et enregistré par Syndrome WPW, sauf "Nazi scum" par Oi Polloi, "Breaking the law" par R. Halford, K. Downing and G. Tipton, "Strike the viol" par Henry Purcell avec un texte de Syndrome WPW.
Texte de "Chant quatre" par Isidore Ducasse.
Guitare solo sur "Strike the viol" par Iron Mozart.
Mixé par Shapemod (tracks A1,A2, A4, A5, B1, B3, B4) et Syndrome WPW (tracks A3,A6, B2, B5).
Mastering par Syndrome WPW.
Artwork par Kosuke Kawamura.

www.syndromewpw.net

tags

license

all rights reserved

feeds

feeds for this album, this artist