La main invisible (vinyl LP / CD)

by San Carol

/
  • Record/Vinyl + Digital Album

    Includes unlimited streaming of La main invisible (vinyl LP / CD) via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 3 days
    edition of 250 

      €12 EUR or more 

     

  • Click here to buy the digital version on the artiste page!

  • Crystal box Compact disc edition
    Record/Vinyl + Digital Album

    Includes unlimited streaming of La main invisible (vinyl LP / CD) via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

    Sold Out

1.
2.
02:47
3.
4.
08:20
5.
6.
7.
8.
03:01
9.

about

Un étage au-dessus des buildings. Un commencement évocateur, presque trop humble, pour caser ce voyage sur la mappemonde : le premier album de San Carol, projet solo de Maxime Dobosz, jeune artiste de 22 ans, ombre au-dessus de nos crânes. Un orage de classe s’abat sur nos oreilles. Du rentre-dedans, adouci par des ambiances aériennes quasi-extraterrestres et subjuguées par les promenades apaisantes de certains morceaux. La Main invisible n’a pas de public : qu’importe sa couleur musicale, difficile de ne pas se sentir touché par les escapades artistiques de San Carol.

« Il n’y a pas de prétention dans ma musique, c’est sans prise de tête, confie Maxime Dobosz. Je fais avec mes moyens. Musicalement, beaucoup d’influences – cold-wave, pop, krautrock – et d’idées se mélangent pour former un tout cohérent. Cet album est très humain en terme d’émotions, avec un peu de tristesse, de drame, de bonheur, de fougue, et un peu de violence et d’agressivité. Je trouve même dans le fond une atmosphère assez pessimiste, cachée derrière une couche de papier de bonbon ».

Le milkshake est convainquant. Il dresse nos oreilles, siffle le vent d’un voyage multi-facettes où la musique électronique est bousculée au bout de la rue par des morceaux pêchus, à la frontière d’un bon rock bien tranché. Les teintes contrastées s’enchaînent avec intelligence pour donner de la logique à la variance.

Au départ : « je voulais simplement me divertir quand je m’ennuyais, brancher tout ça et faire du son. L’objectif de ce disque était de faire quelque chose dans lequel je n’étais pas à l’aise, de me mettre en danger et d’être fier du résultat. C’est le cas ». San Carol a gagné son pari et esquivé avec force les murs placés sur son chemin pour laisser parler son intérieur. Sous des thèmes comme le conformisme, le rapport à la foule, l’économie et les médias, le jeune angevin pousse « un message politique de détresse et d’urgence, lorsque l’on ne se reconnaît pas dans ce qui nous est montré et ce qui nous est appris. A un moment, on sature et on cherche un moyen d’exprimer cette claustrophobie. Ce disque illustre simplement mon quotidien ».

Romain Le Bérigot, Désinposture


« Il faut au moins être né en 1991 pour avoir l’audace de se frotter aux synthés des années 80 qui n’ont plus bonne presse chez les vieux comme nous. Il faut également beaucoup de talent et de classe pour arriver à nous faire aimer à nouveau cette époque, ces époques même, qui ne cessent de confondre technique et musique : San Carol fait de la musique, de la BONNE MUSIQUE, qui rappelle certes des vieux machins dont DMX Krew avait déjà sublimé le souvenir, mais avec l’intelligence de l’imaginer comme la musique de demain, et non pas celle d’hier. Les nostalgiques du fluo et de l’aérographe seront tenté de vouloir rattacher cet album à la famille des Kavinsky, College et compagnie, mais ils auront tort. San Carol, ne fait pas du neuf avec vieux, il fait du neuf tout court. Et j’aime vraiment beaucoup ça ».
Rubin Steiner

credits

released November 10, 2013

Ecrit et composé par Maxime Dobosz.
Enregistré et mixé par Yan Hart-Lemonnier.
Mastering par Yann Jaffiol.
Artwork par Jangojim - www.jangojim.be

www.facebook.com/sancarolmusic

tags

license

all rights reserved